Historique

1er Grand Prix Aviation - Aéroclub de l'Ouest

L’aviation naissante

En septembre 1908, René Gasnier fait décoller pour la première fois en Anjou, un aéronef qu’il a construit de ses mains, dans les plaines de Rochefort-sur-Loire, à la Haie Longue…

René Gasnier et son frère Pierre, sont les pionniers de l’aviation en Anjou.

René Gasnier

Avec Maurice de Farcy, il fonde l’Aéro-Club de l’Ouest le tout premier de province.

Les premières courses

Dès 1910, l’AéCO organise une course de ville à ville (Angers-Saumur et retour) avec les grands noms de l’aviation, pilotes et constructeurs à Avrillé.

1910, Grand Meeting d'aviation - Angers

1910, Grand Meeting d’aviation – Angers

Une foule immense s’enthousiasme pour les épreuves dont le héros est Roland Garros

Devant le succès remporté et avec le soutien de l’Aéro-Club de France, le Circuit d’Anjou, en 1912, fait courir les aviateurs entre Angers, Cholet et Saumur.

Une fois de plus, la foule est au rendez-vous des fous volants et Angers s’inscrit définitivement parmi les villes pionnières de la conquête du ciel.

1914-1918

Avion SEA-4 - Angers

Avion SEA-4 – Angers

Loin du front, l’Ouest échappe aux bombes, mais donne quelques aviateurs courageux à l’armée (Pierre Gasnier, les frères Hutreau, ..).

Les années 30 et les courses de vitesse

A partir de 1933, l’Aéro-Club de l’Ouest renoue avec les courses aériennes, avec la participation des grands aviateurs des années 30 : Hélène Boucher, Delmotte, Arnoux, etc. On y voit la suprématie des avions Caudron-Renault Rafale et autres Potez, taillés pour la vitesse…

 

Puis l’aviation s’organise

A l’initiative de Pierre Gasnier du Fresne, une école d’aviation se crée pour l’entraînement des Réserves : La Compagnie Française d’Aviation qui formera, juste avant la guerre, la fameuse Promotion Z, comptant notamment Jean Maridor, Roger Sauvage et Roland de La Poype, qui s’illustreront dans la Chasse au sein des FAFL.

Cette école donnera naissance à un bâtiment original qui a bien failli récemment disparaitre.

Ecole d'aviation - Angers

Ecole d’aviation – Angers

L’AéCO ne pouvait être étranger au développement du vol sans moteur, le vol à voile débute sur les pentes des coteaux du Layon. Ensuite, le vol sans moteur rejoindra l’aérodrome d’Avrillé pour s’y installer durablement et s’y développer.

Parallèlement, l’Aéro-Club de l’Ouest développe son activité sportive et civile. Il est doté d’un hangar fonctionnel et d’avions divers…

Mais la seconde guerre arrive…

Après un bombardement...

Après un bombardement…

… avec son cortège de bombardements de destructions et de malheurs pour la population angevine…

Les croix noires envahissent l’aérodrome et les basses vallées servent de terrains de dégagement pour les avions de la Luftwaffe.

Piper Cub - Angers

Piper Cub – Angers

Pendant quatre ans, la chape de plomb tombe sur Avrillé.

En août 1944, c’est la Libération, avec la division Patton, qui laissera sur le terrain quelques Piper Cub sur lesquels se formeront ensuite des centaines de jeunes pilotes…

Le renouveau

René Hersen

René Hersen

Sur un terrain dévasté par la guerre, il faut reconstruire, repartir et former ceux qui feront la nouvelle aviation commerciale et militaire…

Parmi les hommes de valeur qui s’y consacreront, René Hersen, dit «le Patron », qui a apporté

son immense science du vol, mais aussi ses grandes qualités humaines. Il voua toute sa vie à la formation des jeunes au vol à voile et au vol à moteur et sera à l’origine de nombreuses carrières.

Coupe d'Europe de vol à voile - Angers Avrillé

Coupe d’Europe de vol à voile – Angers

Durant quelques décennies, les « Huit Jours d’Angers » épreuve internationale, devenue «Coupe d’Europe de Vol à Voile», et «Les Rallyes vins, fleurs et châteaux» en avions, réuniront des équipages internationaux à Avrillé.

Se développeront également l’aéromodélisme et la construction amateur.

Puis c’est le tournant vers l’avenir

1998 - Construction Aéroport Angers Marcé

1998 – Construction de l’aéroport Angers Marcé

Trop enclavé, destiné à d’autres vocations foncières, l’aérodrome d’Avrillé doit fermer. En 1998, le nouvel aéroport d’Angers-Marcé, accueille l’Aéro-Club de l’Ouest et ses activités sur un site moderne où l’aviation s’exercera dans les meilleures conditions.

Bien que devenues associations autonomes, pilotes de tourisme, vélivoles, voltigeurs, constructeurs, et amateurs d’aviation ancienne restent proches et regroupés affirmant la pérennité de l’AéCO, sans oublier son passé prestigieux.

L’aviation d’hier et celle d’aujourd’hui y sont bien représentées…

Les années 2000

Malgré la nostalgie d’Avrillé et la crainte de l’éloignement de la nouvelle plateforme chacun doit retrouver ses marques et la dynamique reprend sur des installations modernes, avec l’arrivée de nouveaux avions plus soucieux de l’environnement.

Pour pérenniser son ancrage local, en 2002 l’association vol moteur devient l’ACAM (Aéro-Club d’Angers – Marcé).

Vue d'ensemble - Aéroclub Angers Marcé

Depuis l’ACAM poursuit sa vocation d’école de formation au pilotage, 40 élèves suivent les cours théoriques et en vol, sur deux nouveaux avions DA20 Katana. Un nouvel ULM Super Guépard est arrivé pour la vingtaine de pilotes ULM. Les 170 membres de l’ACAM se sentent bien dans leur club house réaménagé et convivial, les cours d’Anglais, sésame pour sortir de France ont du succès et les voyages peuvent se développer. Enfin ce sont maintenant deux lycées et un collège qui forment les jeunes au BIA à Angers, grâce aux bénévoles de l’Aéroclub, gage d’un attrait renouvelé pour les carrières aéronautiques.

Sources de la page : centenaire de l’Aéro-club de l’Ouest